Ant-Man et la Guêpe

On prend les mêmes et on recommence. Voilà ce que font les studios Marvel avec Ant-Man et la Guêpe, suite de Ant-Man toujours réalisée par Peyton Reed et toujours avec Paul Rudd et compagnie. Si cette suite n'offre pas beaucoup de nouveautés, elle a tout de même le mérite d'être à la hauteur du premier film, voire de le surpasser par moments. 

Deux ans après les événements survenus dans Captain America : Civil War, Scott Lang alias Ant-Man est à trois jours de la fin de son assignation à résidence. Depuis chez lui, il tente de concilier obligations familiales, avec sa fille Cassie, et travail avec une boîte qu'il a conçu avec ses anciens coéquipiers cambrioleurs. Alors qu'il a fait un rêve étrange, Scott est rappelé par Hope Van Dyne et son père Hank Pym pour enfiler à nouveau la tenue d'Ant-Man afin de sauver la mère de Hope perdue dans l'univers subatomique mais aussi pour affronter des personnes qui convoitent les dernières inventions de Hank. 

Ant-Man et la Guêpe est un excellent moyen de décompresser après un film aussi intense que Avengers : Infinity War. En effet, le super-héros qui parle à l'oreille des fourmis est sans doute celui qui amène le plus de bonne humeur et de rire au sein de l'univers Marvel, que ce soit dans ses répliques ou dans ses actions. La séquence à l'école en témoigne et le fou rire est là. Bien sûr, l'humour passe également par les personnages secondaires, notamment les associés de Scott. Michael Peña qui joue Luis nous régale encore avec sa manière de raconter des histoires et David Dastmalchian (Kurt) nous fait bien sourire avec une figure folklorique en particulier. 

 

D'autre part, le film livre de bons moments d'actions. Cela passe par des courses poursuites prenantes comportant toujours une petite touche d'humour à droite et à gauche et accompagnées par une bande originale sympathique. Il y a aussi les combats, bien chorégraphiés et plutôt bien filmés, qui sont agréables à voir, notamment ceux avec le Fantôme, antagoniste principal de ce nouvel opus. 

 

Ce personnage est d'ailleurs très intéressant et ses caractéristiques ont permis à Peyton Reed et son équipe de lui créer un design novateur et très sympa. Le résultat final très réaliste est bluffant. A côté de cet antagoniste très sérieux, on trouve Sonny Burch, qui sert plutôt aux gags au lieu d'être un bon vrai bad-guy mais cela n'empêche pas d'apprécier la prestation de Walton Goggins. 

Comme à chaque fois, on reste jusqu'à la fin du générique. Comme tout film Marvel qui se respecte, Ant-Man et la Guêpe comporte des scènes post-génériques dont une qui ouvre quelques pistes pour la suite et qui n'est pas sans raviver quelques souvenirs... La seconde poursuit dans la lancée de la première bien qu'elle paraisse plus anecdotique. Quant à la phrase qui suit les scènes post-génériques, elle laisse le doute planer sur la suite des événements. 

Peyton Reed offre avec Ant-Man et la Guêpe un bon blockbuster de l'été, distrayant et convivial qui permet de souffler un peu avec tout ce qui se passe dans l'univers Marvel et de se préparer aux prochains films.