Blood Quantum 

07/02/2020

Jeff Barnaby est le réalisateur, scénariste, monteur et compositeur de Blood Quantum, un énième film de zombies qui, malgré quelques tentatives prometteuses, ne va pas au bout de ses idées et finit par basculer dans un film ridicule et sans grand intérêt. 

Les morts reviennent à la vie dans la réserve micmaque de Red Crow, à l'exception des autochtones qui sont immunisés. Traylor, le shérif de la communauté, doit alors assurer la survie des habitant de la réserve et gérer la vague de réfugiés blancs.

Sur le papier, le projet a de quoi attirer même s'il faut bien avouer qu'on commence à avoir fait le tour des histoires de zombies. Qu'une partie de la population, en l'occurrence les Indiens Micmacs, soit immunisée pourquoi pas mais l'explication n'est pas faite de manière assez habile pour convaincre. 

De plus, le film est rempli de scènes toutes les plus stupides que les autres dès lors qu'il s'agit de montrer des zombies, avec une violence exacerbée, du gore à profusion et du n'importe quoi sanglant qui finit par lasser. Il y a bien une ou deux scènes qui sortent du lot comme, celle de l'arrivée du père avec sa fille contaminée au camp, mais elles sont tellement insipides qu'elles ne marquent pas les esprits.

Ceci est valable pour toutes les scènes qui adoptent un ton sérieux et qui ne parviennent pas à se marier avec les autres passages qui sont plus orientés vers l'humour ou l'absurde. 

Par ailleurs, le réalisateur se permet des exercices de style et là encore, cela aurait pu être intéressant si il avait poussé le concept jusqu'au bout. Les panoramiques déstabilisants du générique d'ouverture sont tout juste bons à donner le vertige et ces plans ne trouveront aucun écho par la suite alors qu'il y avait sans doute possibilité de leur donner intérêt. 

On retrouve un problème similaire avec trois passages en animation, au début, au milieu et à la fin du film. C'est la l'un des seuls points positifs de ce Blood Quantum car l'animation est de qualité et donne un aspect esthétique intéressant qui aurait mérité d'être plus approfondi. 

L'autre point à peu près correct du film c'est sa bande originale entraînante et rythmée qui accompagne assez bien les scènes de combats, composée par Jeff Barnaby en collaboration avec Joe Barrucco, qui avait déjà travaillé sur le précédent film du réalisateur, Rhymes for Young Gouls dont l'action se situait déjà dans la réserve micmaque de Red Crow. 

Avec de bonnes idées ici et là qui ne trouvent jamais de réels aboutissements, Jeff Barnaby ne parvient pas à convaincre avec ce film de zombies lassant et oubliable.