Cette année, j'ai pu me rendre au festival avec une accréditation me permettant d'accéder aux séances le week-end. Ce mini-séjour à Gérardmer m'a permis de savourer des films plutôt bon voire très bon pour certains et de voir ou revoir certaines personnes. Voici le récit d'une cinéphile au cœur des Vosges en plein festival, entourée de loups garous, vampires, zombies, sorcières et autres du vendredi soir au dimanche soir.

 

Vendredi 27 décembre

 

14h50 : départ pour Tendon où se trouve mon hôtel afin de poser les valises avant de se plonger dans l'univers fantastique de Gérardmer pour le week-end. Arrivée à 16h à l'hôtel, je dépose mes bagages et me prépare pour aller chercher mon accréditation.

 

16h50 : je me gare sur un parking de supermarché, juste à côté du cinéma Paradiso où sera projeté à 18h30 le film Sam was here, l'occasion pour moi de rencontrer un de mes followers sur Twitter et cette rencontre a été un réel plaisir. Mais pour le moment, revenons à l'ordre chronologique. Je me rends à l'espace du Tilleul, jetant un coup d'œil vers le Grand Hôtel, au cas où un membre du grand jury se soit égaré. Je récupère mon accréditation presse (où il y a aussi écrit Jury Jeunes mais bon, bref) ainsi que le livre du festival, un bloc et un stylo. Merci pour ces petits cadeaux. J'en profite pour prendre un billet pour Sam was here, mon accréditation n'étant valable que du samedi au dimanche, et retourne tranquillement vers le Paradiso. La neige est là, bien (trop) présente sur les trottoirs qui se transforment en une mini-patinoire.

 

Vers 18h, alors que je suis dans la file d'attente pour Sam was here, le twittos, un autre bloggeur, dont j'ai parlé plus haut arrive et nous discutons de cinéma, de cinéma et encore de cinéma. Nous entrons ensuite dans la salle et c'est à partir de ce moment que je me dis : ça y est, tu es au Festival pour de bon. Pour ce qui est du film, il est bien mais si quelqu'un arrive à m'expliquer la fin, je ne dis pas non. Une critique du film arrivera prochainement.

 

Après la séance, l'autre bloggeur et moi-même allons diner dans un des restaurants du centre-ville et discutons à nouveau de cinéma. Puis nous repartons chacun dans notre hôtel, pour ma part avec les pieds gelés à force de marcher avec les bottines dans la neige (pourquoi je n'ai pas mis les bottes de neige ce soir-là ?).

 

Samedi 28 janvier

 

7h : le réveil sonne, la première séance est à 10h et je ne veux pas me retrouver au bout de la file même si j'ai réservé ma place. Au programme, quatre films, uniquement de la compétition dont deux en même temps que les projections avec les jurys. Vers 8h30, je pars de l'hôtel.

 

9h : arrivée à Gérardmer, je vais chercher une petite place près du Casino JOA, l'espace lac n'étant qu'à quelques minutes à pied. J'ai réussi à trouver une petite place rapidement et j me rends à l'espace lac à pied, avec les grosses bottes cette fois et en profite pour faire quelques photos du lac gelé. La file est déjà longue mais l'attente ne dure qu'une demi-heure...A l'extérieur. On nous a fait entrer mais les portes de la salle étant closes, nous étions entassés dans le hall de l'espace lac et ce durant quinze bonnes minutes. Enfin, les portes s'ouvrent et je vais prendre place derrière le jury jeunes, en profitant pour échanger quelques mots avec les accompagnateurs de ce jury dont j'ai fait partie l'an dernier.

 

10h : arrivée du grand jury (oui, oui, pile au moment où la séance commence) et je remarque qu'ils sont placés dans les gradins, ce ne sera pas à  la fin de cette séance que je pourrais les approcher. Le film iranien Under the Shadow commence, avec juste avant la petite mise dans l'ambiance au son des loups garous et autres créatures étranges ainsi que la sorcière dont le rire nous glace le sang. Under the shadow ne m'a pas trop plu et j'expliquerai pourquoi dans une critique.

 

11h30 : Je sors de la salle et reprend la voiture. La séance de 14h est à la MCL et je préfère prendre la voiture car ça fait long à pied. Je me gare devant un bureau de tabac près de l'église et me rend dans le centre-ville pour aller manger. Pour ce midi, ce sera spécialité du coin avec une flammenküeche forestière et une crêpe aux myrtilles en dessert. Servie rapidement, je prends mon temps et sors vers 13h du restaurant. Je retourne un peu dans la voiture puis je vais attendre dans la file pour ma séance. Il y a du monde, comme pour tous les films en compétition.

 

14h : bien installée dans la salle, la projection commence. Le film que je vais voir est Clown, ma plus grosse attente du festival et je n'ai pas été déçue ! Effrayant, gore avec une bonne musique, le film m'a bien plu et je regrette un peu qu'il n'ait reçu aucun prix. J'aimerais vraiment qu'il est une petite sortie en salles mais je pense que ce sera difficile. En tout cas, je vous le recommande.

 

Vers 15h45, je sors de la séance et vais récupérer ma voiture pour repartir vers le Casino JOA. Mes deux dernières séances de la journée sont à l'espace lac puis au Casino. Il y a beaucoup de monde à l'heure-là et je crains de devoir chercher une place pendant longtemps quand une personne part pile au moment où j'arrive, le coup de chance. Je me rends ensuite tranquillement à l'espace lac.

 

16h45 : j'entre dans la salle et cherche cette fois une place dans les gradins, près des sièges des membres du jury. Je suis installée sur la rangée à côté mais un peu en arrière. Vers 16h55, les membres du jury arrivent. Je vois Olivier Baroux s'installer sur une des rangées et, juste en-dessous, s'installe Louis Leterrier, que j'avais déjà vu à a Comic-Con en 2015 et avec qui je voulais reparler. Je décide donc de me lever et d'aller le voir. Je patiente le temps qu'il finisse de discuter avec Olivier Baroux et que le vigile me fasse confiance puis je me lance. Le plus marrant est que Louis m'a reconnue et nous avons échangé quelques mots. Je reprends ensuite ma place et le film commence, The Girl With All the Gifts, un film de zombie sympa, qui change de ce qu'on a déjà vu.

 

18h55 : fin de la séance, le film a duré plus longtemps que je ne l'avais prévu, en même temps, en faisant arriver le jury à la dernière minute, il ne faut pas s'étonner que le film commence en retard. Je me prends un petit hot-dog et vais attendre pour ma séance de 20h au Casino.

 

Vers 19h45 j'entre enfin dans le Casino et m'installe en hauteur pour le film Split, un vrai régal et un film qui est à voir rien que pour la performance de James McAvoy. Après, même si le film est bien, je ne voulais pas vraiment qu'il gagne un prix car, selon moi, le but d'un prix est de faire découvrir des auteurs, des réalisateurs et Split, avec Universal derrière lui et une sortie programmée a déjà de grandes chances d'attirer les foules.

 

A 22h, je reprends la voiture et rentre à l'hôtel pour passer une nuit hantée par un mélange entre Clown et Split, ce rêve était vraiment bizarre.

 

Dimanche 29 janvier

 

Dernier jour de festival (nooonnnn !!) et le film de ce matin est un des films dont on ne cesse d'entendre parler mais qui, selon  moi, est survendu. Je me lève vers 7h, je préfère y aller tôt pour éviter une file d'attente monstrueuse. Je range mes affaires et quitte l'hôtel vers 8h45.

A 9h10, j'arrive au Casino et me gare sur un parking à côté, il y a peu de monde, la nuit décalée avec Fido (le présentateur) en insecte et deux hommes en sirènes ont dû attirer beaucoup de monde ! Je prends quelques photos du lac et vais dans la file d'attente. Nous ne sommes que deux puis une petite dizaine à attendre une heure et demi avant la séance.

 

Vers 10h30, nous rentrons dans l'espace lac puis dans la salle. Je fonce prendre une place juste à côté cette fois des sièges des membres du jury. Lorsque ceux-ci arrivent, vers 10h58, je retourne voir Louis Leterrier et nous rediscutons brièvement. Le dernier film, Grave, commence avec auparavant une petite présentation par la réalisatrice Julia Ducourneau, les deux actrices principales et Julie Gayet. Bon, quand je dis que ce film est survendu, c'est vrai parce que franchement, pour un film de cannibale ça se bouffe pas trop hein, en tout on ne voit pas toujours les cannibales en train de se repaître des autres et ça manque. Il faut avoir le cœur bien accroché par moment mais par rapport à tout ce qu'on en dit....Et puis, je ne vois pas trop où est le fantastique dans tout ça. Mais il n'empêche que c'est un bon premier film.

 

 

 

 

A la fin de la séance, je reparle vite fait avec Louis, à qui ça a fait plaisir de me revoir et le plaisir est partagé. Ayant une séance à 14h et celle-ci se terminant vers 12h50, je reprends vite fait un hot-dog puis prend la voiture pour me rendre près de la MCL, où les courts-métrages seront projetés. Bon, la sélection de l'année dernière était plus sympa mais les films de cette année sont différents et assez intéressants tout de même, notamment Marée Basse, que je trouve bien dans le thème. Pour ce qui est de Limbo, je n'ai pas tout compris, il est très lent mais esthétiquement il est superbe et le fond du film est très intéressant.

 

15h40 : les courts-métrages sont terminés. Normalement je devais voir The Autopsy of Jane Doe à 16h mais, souhaitant aller à la cérémonie de clôture en attendant deux heures avant dans la file, je me résigne. Je retourne me garer près du casino et revient vers un petit tour en ville. Je vais à l'espace du Tilleul et y rencontre des membres  du Jury Jeunes de cette année. Nous discutons et, vers 16h50, je pars vers l'espace lac.

 

 

 

17h : Me voilà dans la file sans réservation, derrière deux personnes. L'attente est longue mais nous discutons, d'autres personnes arrivent et nous parlons un peu, surtout de cinéma. Vers 18h30, on nous laisse passer. Je vais dans la rangée devant celle du jury jeunes. La salle se remplie petit à petit mais il y a des places vides. Le grand jury arrive, une nouvelle fois, à la dernière minute. Louis me fait un petit coucou et je le salue à mon tour puis la cérémonie commence.  

 

 

 

 

Une cérémonie où se côtoient humour, merci à la présidente du jury jeunes d'avoir lancé l'humour avec le coup du micro pour les jeunes et non l'utilisation du pupitre, ce qui sera repris après, et hommage, « Emmanuelle Riva, mon amour », un léger regret que l'excellent John Hurt n'ait pas eu droit à un petit hommage. Jean-Paul Rouve évoquera aussi la mirabelle, qui est proposée à toutes les sauces. Les lauréats sont cohérents même si je trouve que la meilleure musique originale aurait pu être attribuée à un autre film. Revenons à présent sur le détail des prix :

 

Le prix du meilleur court-métrage a été attribué à l'étrange et long Limbo de Konstantina Kotzamani, prix accompagné d'un froid dans la salle mais le jury des courts et son président ont défendu leur prix et leur point de vue sur le film.

 

Le prix du jury jeunes a été donné à The Autopsy of Jane Doe d'Andre Øvredal. Un film qui va falloir que je rattrape car ceux qui l'ont vu n'en disent que du bon.

 

Le prix du public a été remis à The Girl with All the Gifts, le film de zombie de Colm McCarthy.  Ce n'est pas celui pour lequel j'ai voté excellent, je l'avoue (j'ai mis bon) mais il faut bien avouer que c'est le seul film de zombie original de ces dernières années, What we become de l'année dernière ressemblait trop à ce qu'on avait déjà vu mais à choisir entre les deux, je ne sais pas lequel est le meilleur pour quelqu'un comme moi qui n'est pas spécialiste des zombies, j’avais vraiment aimé What we become, film de zombie danois.

 

Le prix du jury Syfy a quant à lui été remis à Under the Shadow de Babak Anvari, étrangement, je m'y attendais. Le prix de la critique a été décerné à Grave de Julia Ducourneau, prix amorcé par un discours succulent de Philippe Rouyer.

Passons désormais aux pris du grand jury. La meilleure musique originale a été attribuée à The Girl with All the Gifts, le même thème est repris tout au long du film, pour moi, ça manque un peu de diversité mais ce thème ancre bien le spectateur dans l’action.

 

Le prix du jury ex-aequo a été remis à Under the Shadow et On l'appelle Jeeg Robot de Gabriele Mainetti.

Enfin, le grand prix a été attribué, sans trop de surprises, à Grave bien que je ne sois pas sûre que c'était le plus méritant à ce prix.

 

 

Dans l’ensemble, le festival était composé d’un bon cru, je pense que les films que je n’ai pas vu été tout aussi intéressant que les autres. J’ai passé de très bons moments néanmoins je regrette de ne pas avoir pu échanger plus avec les membres du grand jury et l’organisation concernant leur arrivée à l’espace lac devrait être améliorée (arrivée plus tôt, organisation d’un moment de rencontre….). A réfléchir pour la prochaine édition qui se déroulera du 31 janvier au 4 février 2018.

 

 

Et n’oubliez pas, AAHhhhoooouuuu ! 

Festival International du Film Fantastique de Gérardmer - 2017