Crawl
05/08/2019

Et le prix du meilleur film pop-corn de l'été est attribué à... Crawl ! Réalisé par Alexandre Aja, ce film d'horreur de type survival s'avère être le film idéal de l'été pour se rafraîchir et se divertir sans se prendre la tête. 

Alors qu'un violent ouragan s'abat sur la Floride et que les autorités demandent aux habitants  d'évacuer les lieux, Haley se met en quête de son père qui ne lui a pas donné de nouvelles depuis un moment. Elle se rend au domicile familial dont le sous-sol commence à être inondé et remarque que la véritable menace ces sont les alligators qui investissent peu à peu leur nouveau terrain de jeu. 

Bien souvent, qui dit film d'horreur avec reptiles dit nanar voire pire, navet. Pour Crawl, il n'en est rien et Alexandre Aja joue habilement avec les codes du genre pour que son film soit prenant et efficace sans toutefois révolutionner le genre.

 

Si le scénario semble convenu, Aja s'amuse et cherche à amener le spectateur vers des fausses pistes qui permettent au film d'avoir des passages angoissants réussis, accentué par une musique aux airs de déjà entendu mais toujours effectif. De plus, ce jeu avec les attentes du spectateur finit par nous faire douter quant à l'issue de l'histoire.
 

Les personnages sont malmenés de bout en bout, ils n'ont droit à aucun répit de la part des gators en quête de chair humaine dont les attaques semblent représentées de manière assez réalistes. En effet, si l'apparence des gators laisse à désirer, ils n'en sont pas moins effrayants au vu de leurs actions et des blessures qu'ils laissent à leurs victimes. 

C'est cet aspect réaliste, qui se perçoit aussi bien dans les agissements des reptiles que dans la représentation des corps meurtris, qui marque le spectateur et qui est l'une des raisons qui font de Crawl un film d'horreur qui vaut le coup d’œil. 

A côté des scènes d'action et d'horreur, le film tend vers le drame familial, les genres parvenant à se mêler pour arriver à un cocktail homogène. Cela est rendu possible par les interprétations de Kaya Scodelario (Haley) et Barry Pepper (Dave) qui forment un duo qui fonctionne et auquel on s'attache au fur et à mesure que le film avance. 

En somme, Crawl utilise une recette simple mais savoureuse qui permet à tout spectateur, qu'il soit adepte de films d'horreur ou qu'il en regarde un de temps en temps, d'y trouver son compte.