Diamond Island

Premier long-métrage de fiction de Davy Chou, Diamond Island nous transporte dans le Cambodge d'aujourd'hui à travers un groupe de jeunes qui vivent dans une ville en plein évolution. Un film aux images éclatantes. 

 

Diamond Island, un paradis pour les riches, est en construction à Phnom Penh, ville du Cambodge. Bora, 18 ans, est un jeune homme qui travaille sur ce grand chantier où il va se faire des amis. Un jour, il retrouve son frère aîné, Solei, qui va alors lui faire découvrir une autre facette du monde, celle de la ville, des soirées...en somme, de la richesse. 

 

Diamond Island est d'abord une explosion de couleur. Le film est en effet composé de couleurs saturées qui viennent de toute la palette de l'arc-en-ciel, ce qui donne au film une certaine esthétique et le rend magnifique à regarder. Une certaine douceur émane de ces couleurs, ce qui fait du lieu un endroit plaisant et séduisant. 

 

Le film joue sur des contrastes pour donner à voir les différentes facettes de la ville de Phnom Penh : la ville, lumineuse, et les quartiers pauvres, plus sombres, les quartiers pauvres et les quartiers riches, lorsque Bora et ses amis découvre par exemple la maison que leur présente Solei. Ainsi, le spectateur peut saisir lui aussi les différentes facettes de cette ville où la démesure côtoie la pauvreté. 

 

Les personnages sont attachants, notamment Bora, joué par Sobon Nuon, avec lequel le spectateur sympathise très vite, et Virak, qui est le "comique" de la bande d'amis. C'est lui qui va principalement apporter la touche de légèreté qui permet au film de ne pas sombrer dans une  démonstration pesante pour parler de cette immense construction qu'est Diamond Island.

 

A noter également un travail intéressant sur le son car il va permettre de montrer toute l'artificialité du lieu (Diamond Island) et c'est le travail sur le son en plus du travail sur les images qui va permettre de montrer différents niveaux de réalité. 

 

Diamond Island comporte néanmoins quelques moments longs qui nuisent au rythme du film et auraient pu être réduits pour mieux maintenir le spectateur dans le film. 

 

Davy Chou entre plutôt bien dans la fiction avec ce Diamond Island, il nous ouvre les portes d'un monde que l'on ne connait pas et offre un certain regard sur le Cambodge. Malgré quelques longueurs, les images magnifiques et le jeu d'acteur permettent de garder le spectateur tout au long du film.