Le secret des Marrowbone

Le secret des Marrowbone de Sergio G. Sanchez, à qui l'on doit le scénario de L'Orphelinat, qui a fait l’ouverture de la 25ème édition du Festival International du Film Fantastique de Gérardmer, est une première réalisation correcte mais qui peine tout de même à nous entraîner dans cette histoire de famille.

Madame Marrowbone emmène ses quatre enfants dans une demeure qui appartient à sa famille afin d’échapper à leur père. Suite à la mort de la mère, Jack, l'aîné, doit s'occuper de sa sœur et de ses deux frères tout en restant dans la demeure, loin du reste du monde, jusqu'à ses 21 ans, sans quoi, la maison sera reprise et les enfants séparés. Mais une ombre plane sur ce lieu et risque de mettre la vie des enfants en danger.

Difficile d'en dire beaucoup sans dévoiler les éléments clés de l'intrigue. Néanmoins, une chose est sure : presque tout est prévisible si on est attentif, l'histoire paraît complexe mais on comprend vite de quoi il retourne. La surprise est d’autant plus gâchée lorsque les acteurs ont des rôles qui font écho à ceux qu’ils ont eu auparavant, ce qui permet parfois de faire des théories étranges mais ici, elles sont avérées, de ce fait, pas de surprises quant à la suite de l’histoire.

Mais ce qui est le plus pénible dans le traitement de l'histoire, c'est le fait qu'on se sente tenu par le main par le réalisateur qui veut tout nous expliquer comme si on ne pouvait pas comprendre pourquoi il y a ce dénouement. Certes, la compréhension d'un film dépend de chaque spectateur mais ici, il y a trop d'explications, qui sont d’ailleurs un peu douteuses par moment, qui gâche la fin du film.

Ce point faible du film n'empêche cependant pas les acteurs de bien jouer et de livrer de bonnes prestations. Ces acteurs commencent bien leurs carrières et, pour certains, ne cessent de s'améliorer. C'est le cas de George MacKay, qui a le rôle de Jack, et dont on découvre pleinement le talent dans une scène clé du film. Anya Taylor-Joy ne s'arrête plus depuis qu'on l'a découverte dans The Witch et offre une nouvelle belle prestation après sa performance dans Split l’année dernière. Il en est de même pour Charlie Heaton, vu dans la série Stranger Things, qui monte petit à petit et qui nous promet une bonne carrière.

C'est hélas l'un des seuls bons points du film, les autres étant la musique et tout le travail fait autour du son qui nous permettent de nous immerger un peu dans le film, avec les grincements dans la maison par exemple. Visuellement, l'idée des miroirs est bien mais on a un sentiment de déjà-vu. Les tentatives de surprise et les jumpscares fonctionnent moyennement car on s'y attend et le réalisateur utilise des codes classiques que le spectateur amateur connaît trop bien pour se laisser avoir.

Si Le secret des Marrowbone vaut le coup d'œil pour ses acteurs, il ne faut pas en attendre grand chose sans quoi, on sombre vite dans l'ennui.