Nicky Larson et le parfum de Cupidon
16/02/2019

La bande à Fifi est de retour au cinéma ! Menée par Philippe Lacheau, réalisateur, scénariste et acteur principal de l'adaptation de la série animée Nicky Larson, elle-même tirée du manga City Hunter , la bande accompagnée d'une pléiade d'autres acteurs s'en donnent à cœur joie dans ce film divertissant. 

Nicky Larson, le meilleur garde du corps et détective privé qui soit et son acolyte Laura sont chargés d'une mission à hauts-risques : récupérer le parfum de Cupidon, qui rend irrésistible celui qui le porte. 

Nicky Larson et le parfum de Cupidon se dévoile d'emblée comme un film fait par un fan et c'est là le point fort du film. Philippe Lacheau a su prendre les éléments constitutifs du manga pour les utiliser en y mettant sa touche personnelle, que cela passe par les personnages et leur caractéristiques (l'obsession de Nicky pour les femmes, la massue de Laura) ou par des références au manga (le corbeau, le titre original) et à la série animée (La chanson du générique est reprise ici), diffusée en France dans le club Dorothée. Et il ne s'arrête pas là, plaçant à droite et à gauche des clins d’œil à d'autres séries, japonaises ou non, qui raviront les amateurs. 

Le film est très riche, de par les références bien entendu, mais aussi par sa diversité aussi bien dans la mise en scène que dans les genres. Si Nicky Larson et le parfum de Cupidon se présente avant tout comme une comédie, un bref passage dramatique fait son apparition et, étonnement, le sérieux prend le pas sur le comique et on en viendrait presque à douter sur la fin de l'histoire. 

 

Par ailleurs, le film possède son lot de scènes d'action qui n'ont rien à envier à certaines grosses productions américaines, le tout porté par une bande originale entraînante de Michael Tordjman et Maxime Desprez. La réalisation est parfois brouillonne, en particulier au début du film lors du premier combat, et est de plus en plus assurée au fur et à mesure que le film avance.

 

L'idée d'avoir pratiquement tout une scène en point de vue subjectif peut paraître risquée mais le pari est réussi et donne lieu à un moment sympathique, que ce soit pour les gags ou pour le combat. C'est d'ailleurs pour certains choix audacieux que le film de Philippe Lacheau se démarque des autres comédies, que ce soit avec le point de vue subjectif ou un passage plus trash, à la limité du cinéma d'horreur sans que cela soit répugnant pour autant. 

Il est seulement dommage que l'humour finisse par tomber dans l'excès car si les situations de qui pro quo et certains gags sont bien amenés, d'autres sont lourds et abusifs, sans réel intérêt comme le patient de l'hôpital jeté par la fenêtre au début du film. 

Du côté du casting, le duo Philippe Lacheau et Elodie Fontan fonctionne à merveille, Julien Arruti et Tarek Boudali, les compères de Lacheau, amènent le rire par leur attitude et leur répliques tandis qu'Arben Bajraktaraj incarne un bon antagoniste.  

Nicky Larson et le parfum de Cupidon est un film multi-genres qui s'adresse à tous et se présente d'ores et déjà comme l'une des comédies les plus réussies de ce début d'année.