Rabid

05/02/2020

Remake du film éponyme de David Cronenberg, Rabid des sœurs Soska est un film horrifique prenant pendant une bonne partie de sa durée mais qui frôle le ridicule dans les dernières minutes.  

Rose, créatrice de mode qui rêve d’être reconnue, a un accident de voiture qui la défigure. Elle accepte un traitement expérimental qui lui permet de retrouver un visage plus beau que jamais.  Mais il y a toujours un prix à payer quand on joue avec la nature et la vie... 

Ce film à le mérite d'intriguer, notamment avec les hallucinations réelles ou supposées du personnage de Rose ou certains passages déroutant qui prête à sourire comme celui de l'opération où le personnel soignant est tout de rouge vêtu. 

Rabid n'est d'ailleurs pas vraiment un film pour les âmes sensibles, bien que tout reste relativement léger pour les amateurs du genre, que ce soit avec une omniprésence du sang ou pour les quelques passages avec de la chair à vif qui ont tout pour dégoûter le spectateur aussi bien au niveau du visuel que du son.

 

En effet, le travail effectué sur l'ambiance sonore, avec une attention particulière sur le moindre petit bruit, donne tout de suite plus de poids et impacte plus fortement le spectateur lorsque les pansements sont ôtés du visage par exemple. 

De plus, il y a une certaine tension qui est assez bien mise en place, avec un jeu sur les attentes du spectateur par rapport au monstre qui n'est jamais vraiment montré définitivement et dont on ne voit que des variations car au fond, c'est bien l'être humain qui se révèle être l'espère la plus monstrueuse, d'autant plus avec ses désirs transhumanistes et notamment sa volonté d'être immortel. 

On regrette toutefois que le film bascule par moment, et plus spécifiquement à la fin, dans du n'importe quoi avec un je d'acteur parfois douteux. Mais on se prête au jeu parce que ça s'accorde tout de même avec le reste du film et les formes du monstre peuvent faire écho à certaines créatures du cinéma d'horreur des années 1980. 

Si Rabid ne marque pas les esprits, il n'en reste pas moins un bon petit film de genre, avec son lot de sang, de personnages dérangés et de créatures tantôt répugnants, tantôt risibles. Peut-être manque-t-il un peu plus de modernité à ce film pour qu'il ne soit pas oubliable.