Scary Stories

André Øvredal est un réalisateur à suivre de près et qui se fait petit à petit un nom dans le cinéma de genre comme le prouve son Scary Stories, qui s’avère être un bon film d’horreur pour jeunes adultes sans avoir toutefois le piment nécessaire pour marquer le spectateur.

Dans un manoir abandonné, un groupe de jeunes trouve un livre qui raconte des histoires terrifiantes. Mais cette trouvaille n’est pas sans conséquence : la lecture du livre permet à ses effroyables créatures de prendre vie… La petite ville va alors faire face à une vague de morts particulièrement atroces et chacun devra affronter ses pires peurs pour sauver les habitants et arrêter ce carnage.

Le principal reproche que l’on peut faire au film d’Øvredal, c’est la longueur de certains passages, notamment au début du film. La mise en place est trop longue, d’autant plus qu’on à affaire à des personnages stéréotypés et on finit par se demander si l’action va arriver.

 

Qui plus est, la fin s'avère trop rapide et laisse un goût d'inachevé avec cette ouverture donnant l'opportunité d'une suite comme cela est désormais devenu monnaie courante au cinéma, notamment dans les films pour ados.

Par ailleurs, bien que les monstres qui peuplent les histoires du livre soient tous effrayants à leur manière, il est dommage que le croquemitaine ait un aspect trop proche de CGI dans le film, perdant ainsi du réalisme qui rend les autres montres si effrayants.  

Néanmoins, Scary Stories à le mérite d’avoir un scénario fidèle à son titre et Øvredal ne fait pas dans la dentelle en mettant en scène des histoires effrayantes avec un côté nauséabond fortement déconseillé aux âmes sensibles. La peur suscitée par le film est d'ailleurs d'autant plus forte du fait d'une utilisation et d'une combinaison habiles entre les effets spéciaux et les images de synthèse.

De plus, les jumpscares sont bien amenés et dans ces cas-là, la longueur des scènes n’est pas gênante car elle créée une attente et il y a tant de possibilités que le spectateur finit par être perdu, à l’instar des personnages, et se fait lui aussi surprendre par l’irruption soudaine des créatures.

Si le travail sur le son permet de rendre le film angoissant, la bande-originale de Marco Beltrami et Anna Drubich reste classique mais efficace malgré quelques notes répétitives sans compter la chanson « Season of the Witch » qui ouvre et ferme le film. Certes, ce sont deux versions différentes mais utiliser une autre musique en rapport avec les monstres du film, avec le croquemitaine par exemple, aurait pu être plus intéressant et moins redondant.

Scary Stories est un bon film pour s'initier au genre de l'horreur et reste un film sympathique pour les amateurs. 

03/09/2019