Spider-Man : Far From Home
12/07/2019

Les amateurs de Marvel ont à peine eu le temps de se remettre des événements d'Avengers : Endgame, que Spider-Man : Far From Home, dernier film de la phase III du MCU se déroulant huit mois après la fin d'Endgame, pointe déjà le bout de son nez dans les salles obscures. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la relève est assurée et que les super-héros Marvel ont encore de beaux jours devant eux.

Après les événements d'Avengers : Endgame, Spider-Man doit assumer ses responsabilités et faire face à de nouvelles menaces dans un monde changé à jamais.

On prend les mêmes et on recommence, c'est un peu la recette du MCU, que ce soit derrière ou devant la caméra. Jon Watts dirige une nouvelle fois Tom Holland, alias Peter Parker, et ses amis dans un voyage à travers l'Europe au cours duquel Peter rencontre un super-héros qui va changer sa vie, Mysterio, d'ailleurs impeccablement interprété par Jake Gyllenhaal.

De ce fait, Far From Home ne sort pas du lot des productions de Marvel par son scénario. Les rebondissements restent dans l'ensemble classiques malgré quelques bonnes surprises dont un caméo qui rendrait plausible la théorie de multivers ainsi que la première scène post-générique qui donne un peu de piment et amorce le futur de MCU d'une manière à la fois surprenante et intrigante.

Toutefois, les thématiques mises en avant par le film sont bien traitées, notamment celle de l'héritage, aussi bien au niveau du personnage de Peter qu'au niveau du film en lui-même qui doit se détacher progressivement de ses aînés pour écrire une nouvelle page dans l'histoire du MCU.

 

En ce qui concerne la réalité et l'illusion, là aussi le film est bien pensé et par moment on pourrait voir une sorte de parallèle avec le cinéma, qui produit des illusions en cherchant parfois à les donner pour vrai.

 

Par ailleurs, le film de Jon Watts a le mérite d'être visuellement impressionnant, que ce soit avec dans le design des Elémentaux, bien que l'un d'eux aurait pu bénéficier d'un meilleur traitement ou dans une séquence en particulier, que l'on pourrait nommer « la séquence des illusions », dans laquelle les effets visuels sont réussis.

En plus de ses CGI convaincantes, le film bénéficie d'une forme de réalisme au niveau technologique. En effet, l'action se déroule désormais dans le futur alors que jusqu'à Endgame, les films du MCU se passaient à notre époque. Ainsi, les avancés technologiques présentes dans Far From Home et les usages qui en sont fait se révèlent très probables.

En rejoignant ainsi réalité et fiction, le film parvient à immerger pleinement le spectateur dans l'action. Cette immersion se fait d'autant plus aisément que Michael Giacchino est de retour pour donner à Far From Home une bande originale entraînante que l'on a plaisir à écouter.

Spider-Man : Far From Home est un film divertissant qui s'avère plus réussi que Spider-Man : Homecoming avec des personnages et un univers qui ont gagné en maturité. Jon Watts conclut d'une bonne manière cette phase III et offre, notamment avec les scènes post-génériques, de bonnes bases pour l'écriture d'un nouveau chapitre.