Wonder Woman

Wonder Woman est-il le signe que DC est capable de rivaliser avec d'autres firmes et univers cinématographiques voire de les surpasser et de livrer l'un des meilleurs films de super-héros depuis des années ? Il semblerait bien que oui.

 

Diana Prince vit depuis toujours sur l'île de Themischyra, là où se trouvent les Amazones. Un jour, un soldat américain, Steve Trevor, se crashe en avion dans la mer qui baigne l'île sans savoir où il se trouve. Il explique que la guerre fait rage dans le monde et qu'il doit immédiatement partir informer ses supérieurs de la situation des ennemis et de les aviser de la préparation d'un gaz mystérieux très dangereux. Diana décide de l'accompagner et ce voyage va être une occasion pour elle de découvre le monde mais aussi ses origines avant de devenir Wonder Woman. 

 

Après un Batman VS Superman décevant, l'écurie DC réussit à se relever grâce à ce film puissant qu'est Wonder Woman. La caméra de la réalisatrice Patty Jenkis virevolte avec une grande maîtrise lors des scènes d'actions, nous régalant de plans tous plus savoureux les uns que les autres. Que ce soit la bataille sur la plage de Themischyra, l'affrontement final ou encore les affrontements entre Diana et les espions allemands à Londres tout est très chorégraphié et offre des séquences sublimes. Cette réalisation montre à quel point les femmes ont une importance dans la création cinématographique car elles sont capables de faire tout aussi bien voire même mieux que leurs homologues masculins, c'est d'ailleurs le cas ici. 

 

Et que dire de Gal Gadot dans le rôle de Wonder Woman sinon qu'elle est parfaite et dose bien son jeu. Le contraste entre la guerrière qui souhaite combattre le dieu de la guerre en personne, Arès, et la jeune femme qui croit encore à certaines histoires enfantines de sa mère donne au personnage tout son charme. Le fait que les personnages soit bien écrits donne un gros plus au film et fait adhérer le spectateur, qu'il s'agisse de certains personnages historiques réels (Ludendorff, joué par Danny Huston) ou des personnages de fiction comme Steve Trevor (Chris Pine) ou Sir Patrick Morgan (David Thewlis). Chaque personnage à son histoire, chacun est présenté au spectateur et permet de donner un ensemble cohérent et clair au spectateur. 

 

Par ailleurs, le film mêle habilement le mythe et la fiction en se passant durant la Première Guerre mondiale avec des références aux dieux de la mythologie grecque. Le récit de la création de l'homme et du combat entre Arès et les autres dieux est d'ailleurs une séquence intéressante et bien faite visuellement. Un autre élément qui est intéressant dans Wonder Woman est le fait que l'humour ne prenne pas le pas sur l'action et ne soit pas lourd. De ce fait, le film est un parfait condensé d'action, d'humour mais aussi d'émotions. 

 

Les premières minutes font piaffer d'impatience le spectateur, on passe d'un sentiment à l'autre naturellement, comme les personnages et on est totalement immergé dans le film. La musique y est aussi pour quelque chose, forte et sensationnelle, avec un thème principal qui rend le personnage de Wonder Woman encore plus puissant, elle donne au film sa touche finale. 

 

Wonder Woman est un film intense, fort, extraordinaire, wonderful comme dirait les anglophones, porté par une actrice excellente et à la réalisation maîtrisée. Le genre de blockbuster qui permet de passer un (très) bon moment et qui montre que le film de super-héros peut encore surprendre et émerveiller.